Publié par : marlène Belilos | mai 26, 2010

Mes notes: cours JAM 26 Mai

Avertissement au lecteur: il s’agit de notes prises au fil de la plume, sans enregistrement,pouvant comporter des erreurs et n’engageant que ma responsabilité , il ne s’agit aucun cas d’une transcription complète et prétendant à l’exhaustivité de la pensée de Jacques-Alain Miller.

La 4ème  de couverture des Ecrits, le « Prière d’insérer », était une feuille volante qui avait pour but de fixer l’attention des journalistes, ce qui donne à ce texte une position limite. Il connote un moment qui fut déterminant dans la vie de Lacan, le moment où son discours changera d’adresse, il mérite qu’on le considère. Jacques Lacan fait appel à l’attention du public, avant cette date de novembre 1966, ne faisait appel qu’à l’attention des psychanalystes qui voulaient l’écouter et le suivre, dont un paquet l’avaient quitté-fin 1963- quand il était tombé sous l’effet d’une proscription-excommunication-personne n’a été moins médiatique que Lacan, parmi les intellectuels dont le nom a été associé au sien, jusqu’au  début 1966, sinon Kojève dont il avait suivi le séminaire en 1930 sur la Phénoménologie de l’esprit, de son maître en  Hegel, comme Clérambault, son maître en psychiatrie.Kojève dont le nom a porté loin de cette petite salle de la Sorbonne, Merlreau Ponty, Queneau y sont venus, loin d’exploiter ce qui lui venait, il devint haut fonctionnaire dans les institutions européennes, Père Joseph de l’Europe, aimait à passer pour un agent de Staline, éminence grise.

Quand on se repère de 1966, Lacan est l’éminence grise de la psychanalyse, l’attention recueillie du public est strictement mesurée.La couverture de l’Express, les quolibets de Revel, nous nous faisons une idée de Lacan d’après 1966. Il se tourne vers le public avec les Ecrits, met sous les yeux du public la découverte de Freud par Jacques Lacan. Je suivrai son argument à se mettre sous l’égide des « lumières », écrit avec « l »minuscule. Il n’empêche qu’il faut entendre « les lumières » sous l’égide de la raison -Instance de la lettre ou la raison depuis Freud-indique une continuité et un renouvellement des paradigmes de la raison pas les mêmes que du temps de Freud. Rappelle cette filiation, il s’inscrit dans le fil de ces philosophes qui avaient entrepris d’éclairer l’opinion, s’adresser à une  opinion qu’il voulait éclairée, au moment où il se détourne de son public pour faire appel au public, il « débat des lumières », comme un combat dans le savoir. Un combat dont les armes sont des arguments, évoquent les lumières, faire pénétrer les lumières dans le domaine psychanalytique qu’il estime borné par un préjugé, dont la psychopathologie ne se débarrasse pas, celui de la santé mentale comme norme. Il faut qu’il y ait une normalité pour évoquer cette borne. Dans son Tout dernier enseignement il indique que tout le monde est fou.

L’évidence fausse c’est celle du moi qui parade de son existence, renvoie à l’évidence du cogito, évidence qui se falsifie à un « je suis moi », prend soin de disjoindre, le « donc je suis » du « je suis moi », le cogito du côté d’un sujet ponctuel et évanouissant, de la substance qu’on prête au moi. dans sa critique initiale de la paranoïa  avant son enseignement psychanalytique.

Destiné à aparaître comme le domaine du sujet des signifiants, idéal de simplicité après la clôture des Ecrits, mathème S1-S2 S barré. Cette définition est criticable mais a le mérite de la clarté, entre préjugé et évidence moïque, faisant de l’obscur un objet. Mettre en fonction la magie du verbe traduit l’obscurantisme. Faire pénétrer la lumière en définissant le sujet comme effet du signifiant, avec l’obscurantisme on méconnaît la causalité signifiante s’inscrit dans le débat des lumières. le sujet comme effet du signifiant justiciable d’articulation logique. Lacan ne va pas jusqu’à donner cette formule, plus tard, l’inconscient n’a rien d’obscur car relève d’une logique pure du signifiant. Clé du premier enseignement, point conclusif, la logique pure , pure de quoi? Le symbolisme nettoyé d’imaginaire et par là de tout élément de pathos. le dernier enseignement pour corriger cette assertion, le 2ème enseignement la développe, place de la fonction de la jouissance croissante jusqu’au sinthôme.

4ème couverture l’épistémologie, théorie de la science , prend le relais de la philosophie des lumières, non seulement la raison mais la science.

Est animé par confrontation psychanalyse et science. N’a jamais dit que la psychanalyse est une science, s’interroge sur la place de la psychanalyse par rapport à la science. Supposition que le sujet pas sans rapport avec le sujet de la science, que la science ne peut rien en savoir, sujet forclos de la science.Fait appel à l’épistémologie « subversion du sujet », expression de la réforme de l’entendement au bénéfice de l’expression « subversion du sujet du moi au bénéfice du sujet ». Captation du sujet par le signifiant S1___S2, essaim. Le moi fait d’un ensemble d’identifications, subversion de l’imaginaire par le symbolique. Le sujet est subvertipar le signifiant. S barré sous la barre signifie cette détermination. (a)___Sbarré substituera à la détermination univoque par le signifiant par la jouissance condensée de l’objet perdu, 3 mode par la cause du désir. C’est à partir de 1966 que son enseignement transcrit la subversion du sujet au plus quotidien de leur expérience pas psychopathologique mais subversion quotidienne du sujet (subversion du sujet et dialectique) . Le psychanalyste en a l’expérience quotidienne qui les empêche de se conformer à ce qu’ils ont sous leurs yeux.

Jusqu’en 1966, Lacan n’a écrit que dans des revues professionnelles -1938 a écrit Complexes familiaux pour une encyclopédie, 1961 un hommage à Merleau Ponty dans les Temps Modernes. Un seul livre sa thèse de médecine. N’a rencontré que Salvador Dali. L’enseignement lacanien :chuchotement à l’oreille des psychanalystes: tu vois bien le pouvoir d’un mot, le ressort de ton action sur le symbolique. Après son discours vers le public, la conséquence a trop d’influence pour tous pour qu’elle ne fasse pas rumeur: tous le public, l’humanité, le discours universel. discrétion de Lacan n’est pas modestie. Freud a changé la pensée de soi-même, il l’a ait échapper à la pensée humaniste, avec Freud on a touché à la pensée de qu’est un homme. Persuadé, depuis Freud on ne peut plus entretenir sur soi-même l’idée de …Subversion du sujet qui apprend qu’il n’est pas maître chez lui. La philosophie existentialiste: la fonction de la liberté. La répercussion de la subversion freudienne, remettre dans l’axe traduire la pensée de l’homme. la subversion atteint sous la forme de la rumeur. Lacan a ouvert son séminaire en 1964, rumeur autour de ce qu’il annonce, asservi par le commerce, le ouï-dire et la conversation, elle devient marchandise. prend prétexte de faire appel au public, polémique, hostilité à l’Autre de la culture, on comprend mieux de placer en ouverture des Ecrits.Un commentaire à sa façon « du style c’est l’homme », on comprend mieux ce choix. Occasion d’évoquer l’image du grand homme. Visite à Buffon , anticipation du rôle qu’on va vouloir lui faire jouer. Buffon dans le fantasme du grand homme, prend ses distances, accepte interview mais refuse de se laisser visiter. Le style c’est l’homme rajout proprement lacanien, le style c’est l’homme auquel on s’adresse, jusqu’alors s’adresse aux psychanalystes. Il s’effare de son auditoire, il s’en plaint, demande à ce qu’il se disperse, s’allège de son poids. Espère ce nouveau lecteur par ses Ecrits, à y mettre du sien, en espère une mutation. (fin 1960-1966)Auditeurs , lecteurs, analysants, inflation de ceux qui s’y dirigent en voulant en faire l’expérience. le nombre fait son appartition pour le meilleur extension du discours-pour le pire, phénomène médiatique.

1966, monstre sacré, le Lacan discret chuchotant à l’oreille des psychanalystes, ce Lacan disparaît, au profit du Lacan-ça a été un triomphe-je ne voudrais pas exagérer-c’est en même temps l’échec de Lacan.

J’ai fait un sort, 1974 un échec on le trouve dans l’introduction pour Scilicet en 1968. Tu peux savoir, nouveau pas de Lacan, textes pas signés, sauf ceux de Lacan. Il écrit « tu peux savoir maitenant que j’ai échoué dans mon enseignement qui était destiné pendant 12 ans à des psychanalystes.10 ans des premiers  séminaires jusqu’à l’Angoisse, il ajoute les 2 années où il faisit séminaire chez lui, rue de Lille(reste des notes sur « l’Homme aux loups », que je rédige au mieux, à paraître).

1964 abandonne Sainte Anne pour une salle ouverte sur la rue, sur le Quartier latin, fait un diagnostic d’échec. J’ai échoué avec les psychanalystes, pourquoi? Elle est stagnante rien n’est plus pareil depuis Freud, pourquoi ne voulait pas s’en remettre à l’ICS?Pourquoi aujourd’hui corriger cet accent en le disant.A son échec avec les psychanalystes que correspond au nombre parce qu’il n’a pas réussi avec le petit nombre a appelé l’attention du grand nombre. célébrité paraît un bien de l’époque, pour Lacan avait un côté Mr Teste, c’est par leurs faiblesses que les grands hommes ont été connus, comme Valéry Lui-même.Il y a chez Lacan tentation de ne pas dire, de garder pour soi, les vérités qu’il a pu acquérir. le savoir ne pas se soutenir d’un seul et il justifie son école. Scilicet, échec patent, publication paraissant de loin en loin- Ornicar pendant ce temps 5 numéros par an, JAM. Scilicet articles non signés, pour que le psychanalyste puisse publier sans devoir faire bonne figure, comme Bourbaki, collectif, essasyer de déjouer la domination de la prestance ce qu’il doit à l’imaginaire. Dans la psychanalyse la place du sujet n’est pas couturé(suturé) dans la configuration signifiante. un psychanalyste ne peut pas ne pas s’interroger dans les cures qu’il dirige. dans les mathématiques le sujet est forclos, c’est la béance de cette place  qu’il faut laisser dans la psychanalyse.

Pourquoi en 1968 ? Le nom de Lacan ne peut être escamoté ? Est dans le réel pour avoir été exclu du discours psychanalytique. L’excommunication de Lacan en 1964, en 1968 son nom ne pourra plus être effacé. Un déplacement s’est fait qu’il ne peut les avoir laisser passer. A refusé les injonctions de l’oukase de l’IPA, pendant tout le temps il a été négocié par ses élèves, il poursuivait son séminaire. A continué son travail, je ne peux pas céder, se laisser faire comme sujet, je suis l’effet de ce signifiant, c’est pourquoi, il laisse son nom. Exclusion a conduit forclusion, prévaut le statu de réel dans la psychanalyse. A cette date, il se permet de dire Freud et Lacan, n’est pas à lire comme le témoignage d’une forfanterie, est idéologique à la pensée de Freud, lié à son désir et portait la marque de ses limites. Freud c’est un réel de la psychanalyse, et s’il s’est permis de dire Freud et Lacan, il est devenu un rebut, un réel.

A aborder ce que freud a laissé d’intouché, ce que la psychanalyse peut se proposer comme fin.

J’essaierai le 2 juin pour la dernière séance d’inscrire les trois écrits italiens de Lacan que vous trouvez dans Autres Ecrits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :