Publié par : marlène Belilos | octobre 27, 2010

mon interview dans Elle sur la relation mère-fille

La tension monte : Françoise Meyers Bettencourt redemande la mise sous tutelle de sa mère, laquelle porte plainte pour « violence morale » et menace de déshériter sa fille. Interview de Marlène Belilos, psychanalyste.

ELLE. Comment interpréter ces derniers rebondissements ?

MARLENE BELILOS. Après avoir écarté François-Marie Banier, Liliane Bettencourt bannit sa propre fille. L’affection des parents est un droit et l’héritage en est une preuve. Déshériter sa fille revient donc à concrétiser le désamour… Liliane n’agit en mère pour personne, ni pour Banier ni pour Françoise : désormais, elle les a placés au même endroit, du côté des déshérités.

ELLE. L’héritière L’Oréal tient des propos très durs…

M.B. Dans « Paris Match », elle a dit de sa fille : « Elle ne magnétisait pas les autres. Avec elle (…), on n’accroche pas », alors qu’on a tous besoin de l’admiration de ses parents pour exister. Il y a quelque chose d’inhumain dans cette déclaration.

ELLE. Peut-on imaginer une réconciliation ?

M.B. Pour l’instant, la fille encaisse en se battant, persuadée que sa mère a perdu son libre arbitre. Sinon, les récentes paroles de l’octogénaire deviendraient insurmontables…

E.D.Le 24/10/2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :