Publié par : marlène Belilos | décembre 18, 2010

En 1935, la police fasciste enquête sur Freud

Nous avons été dûment informé, que  M. le Dr Emilio Servadio, demeurant à Rome, place Aracoeli 12p 2e étage, a demandé à être autorisé à faire partie de la « Wiener Psychoanalytische Vereinigung » (Société psychanalytique de Vienne) et à la Société psychanalytique internationale. Le ministère des Affaires étrangères, nous a chargé de nous informer sur les objectifs et les dirigeants de la  dite association : on vient de nous communiquer ce qui suit :

En réponse au télexpress 15 janvier 1935 nº300759 Ser. Corr. Uff. IIIº (M. 53-77-1933), j’ai l’honneur de vous envoyer les informations sur l’association nommée ci-dessus, que m’a communiqué Modrini :

Il ne m’appartient pas d’exprimer des jugements sur le mouvement psychanalytique au plan scientifique. Pourtant il me semble qu’il s’agit d’une science sérieusement combattue par les sommités du domaine des maladies nerveuses, avec à sa tête le plus célèbre d’entre eux qui répond au nom du  Pr Wagner-Jauregg. De fait, la psychanalyse n’a pas encore pu s’introduire dans le sanctuaire de l’Université de Vienne. La psychanalyse, telle qu’elle est enseignée par son créateur, le Dr Sigmund Freud, est ici considérée plutôt sous un aspect publicitaire et mercantile. Freud jouit d’une réputation de bon médecin et de pas mauvais psychiatre, mais n’est pas non plus une célébrité.

L’association qu’il a fondée et qui porte le nom de « Wiener Psychoanalytische Vereinigung » existe depuis 1910. Depuis cette époque, les statuts de la société ont été plusieurs fois remaniés. Ceci a également concerné les instances dirigeantes de l’Association. Pendant de nombreuses années, elle n’a pas eu d’importance sérieuse ni d’échos dans le domaine intellectuel chez les médecins et les philosophes de cette ville. Dans l’après-guerre par contre, des efforts ont été faits, surtout de la part des socialistes et communistes pour ouvrir des horizons plus importants au mouvement du Dr Freud. La municipalité socialiste de Vienne a cherché à aider, dans la mesure de ses possibilités, ce mouvement psychanalytique. Une fois écroulée la municipalité rouge , on ne parle plus du mouvement psychanalytique, qui est resté cantonné à Freud et à quelques uns de ses nombreux amis.

Le Dr Sigismond Freud est né à Freiberg le 6 mai 1856, en Moravie, et est citoyen autrichien. En octobre 1928, Wilhem Fleckenstein, qui s’occupait de psychopathie et qui aurait été communiste, s’était vanté, à Munich d’être en contact avec le Dr Freud. Celui-ci a déclaré qu’il ne connaissait absolument pas Fleckenstein. En 1929, la Direction générale de la SP du R. a appris de source confidentielle, que Freud correspondait avec l’anarchiste italien Berneri. Des recherches furent faites, mais l’on n’a pas pu vérifier la véracité de la chose.

Le 8 août 1930, la Vossische Zeitung communiquait que la direction de la « Goethe Preiss-Stiftung » de Francfort aurait attribué à Freud un prix de 10 000 marks pour ses mérites dans le domaine de la psychanalyse. Le Tag, journal de gauche viennois, à l’occasion de cette récompense dans son numéro du 9 août 1930, commentait avec une évidente complaisance que l’attribution de ce prix démontrait le prestige dont Freud jouissait à l’étranger alors qu’il lui était refusé dans sa patrie.

Il faut avoir présent à l’esprit le fait que le comité de la « Goethe » de Francfort était alors dans les mains de juifs et de personnes orientées à gauche. Les éloges du Tag de Vienne permettent aussi de connaître les opinions politiques de Freud. Et bien que Freud ait cherché à afficher une certaine neutralité politique et se soit tenu à l’écart de toute activité politique, il n’a pas pu toutefois, à certaines occasions, faire autrement que donner libre cours à ses vraies opinions politiques. Ainsi, par exemple, dans la journée du 20 avril 1927, il signait un manifeste d’intellectuels, invitant lesdits milieux à voter pour le Parti socialiste démocratique. Le manifeste était signé par des extrémistes notoires.

Voilà pour l’activité et les opinions politiques de Freud. A partir du 18 octobre 1934, le comité de la « Wiener Psychoanalytische Vereinigung » se compose de la façon suivante: Docteur Sigmund Freud ; Docteur Federn Paul ; Freud Anna ; Docteur Walder Robert ; Docteur Heinz Hartmann ; Docteur Edward Bibring ; Docteur Richard Sterbs. Tout d’abord il faut relever qu’il s’agit d’une direction de médecins juifs. En examinant chacun d’entre eux, il faut avoir présent à l’esprit ce qui suit, afin de se prémunir des dangers liés à l’octroi  d’une autorisation comme celle demandée par le Docteur. Servadio.

Docteur Federn Paul, médecin, né à Vienne et y est domicilié depuis le 13.101871, israélite. Ce médecin appartient au mouvement communiste, depuis 1924. Selon des voix autorisées, il a pris part au Congrès communiste de Stuttgart, en 1924. Il vivait et vit toujours sur un pied que ne justifie ni sa pratique médicale, ni sa situation économique. De 1919 à 1922, Federn a été comptable socialiste pour le premier district de Vienne. Le 18 février 1934, à la frontière austro-tchécoslovaque a été arrêté, le Docteur Ervino Subak, trouvé en possession d’un paquet contenant les annales de la Rundschau et de l’Imprekorr, qu’il avait voulu transporter à Bratislava. Interrogé sur leur provenance, il a dit les avoir reçus du Docteur Federn. Federn à son tour s’est justifié disant qu’il était socialiste, et que son fils Ernesto Federn,  socialiste, disposait d’une bibliothèque de livres socialistes, qu’il avait voulu sauver ses propres livres en les faisant transporter ailleurs, puisque depuis la révolution de février 1934, il était interdit de posséder ce genre de livres ou de revues en Autriche.

Le Docteur Hartmann Heinrich, dit Heinz, troisième membre du directoire, né à Vienne le 1.11.1894, y est domicilié, israélite, aujourd’hui sans confession religieuse. Il s’agit d’un médecin, assez prometteur dans le champ des maladies nerveuses, tant il est vrai que qu’en juin dernier, il a été proposé comme privat-docent à l’Université de Vienne. Mais aussi le Docteur Hartmann est un ex-socialiste démocrate. Depuis le mois de février 1934, il s’abstient de toute activité politique.

Le Docteur Freud, depuis février 1934, s’est trouvé dans une position politiquement difficile, et c’est la raison pour laquelle il s’est rendu en Amérique.

Aussi l’actuel gouvernement autrichien, essaie de masquer son aversion pour les intellectuels juifs, spécialement médecins et avocats, il travaille très adroitement pour éliminer le plus possible cet élément malfaisant surtout du point de vue politique. De l’expérience faite en Allemagne et en Autriche on peut affirmer en toute conscience que 99% des médecins, des philosophes et des avocats, ainsi que des étudiants juifs de l’Université autrichienne, allemande et tchécoslovaque, sont de gauche. Nombre d’entre eux, dans tous les autres domaines, des intellectuels et des intellectuels juifs communistes.

De nombreux médecins, qui ne trouvent plus de travail et de possibilité de gagner leur vie en Autriche, ont pris et prennent la route de l’Italie.  Avec le temps, ces gens seront sûrement en concurrence avec les nationaux italiens. On ne comprend  pas la raison de la nécessité de la création en Italie d’une Association comme celle de Freud. D’après les précédents viennois, il n’est pas exclu qu’une association de ce genre puisse servir à masquer des tendances politiques et à servir d’instrument à des courants qui ne seront pas forcément favorables au Fascisme.

Il est possible que le Docteur Servadio ne connaisse pas ces personnes ainsi que celles qui sont à la tête du mouvement international. Il semble que la mère du Docteur Servadio, sans vouloir par là toucher à son honneur, soit israélite. Je relève ceci parce que probablement aussi en Italie le mouvement, comme ici, sera organisé par des juifs, les plus accessibles à des théories philosophiques.

Le ministre des Affaires étrangères, lui-même, compte tenu des révélations de l’’enquête, s’est prononcé contre la concession au Docteur Servadio Emilio de l’autorisation demandée. Ce Ministère, s’associant à un tel avis a édicté de semblables dispositions à la Préfecture de Rome.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :