Publié par : marlène Belilos | février 9, 2011

Les égyptologues avec les égyptiens

L’irruption d’actes de vandalisme au Musée du Caire a rappelé à l’opinion internationale

l’héritage culturel égyptien et sa nécessaire sauvegarde. 70 pièces auraient été volées

et/ou endommagées , selon les chiffres officiels.Mais qu’en est-il des sites

archéologiques distants de la capitale égyptienne?

Notre rôle est d’alerter l’opinion

Les égyptologues, dont plusieurs missions sont présentes en Egypte, sur le terrain, ont

immédiatement pris position à travers leur association internationale, AIE, enjoignant les

musées européens à une vigilance redoublée sur les objets volés qui pourraient leur

être proposés.

Le ministère français des affaires étrangères, demande le silence à ses chercheurs.

Le professeur d’égyptologie , Susanne Bickel, de l’Université de Bâle, en Suisse, à

laquelle je demandais son avis , me disait que cette mise en garde, devait s’adresser

aux chercheurs de l’institut français de politologie du Caire, mais sûrement pas aux

égyptologues, pour eux, il ne saurait être question de se taire.

Vols ou dégâts sur les sites archéologiques?

Il semble que la vérité soit à trouver entre l’optimisme officiel de la direction des

antiquités, par exemple Zahi Hawass, qui sur son site se veut rassurant , et les

rumeurs empreintes de catastrophisme qui se répandent dans le milieu des

égyptologues.

L’association internationale des égyptologues AIE, maintenant que les liaisons

fonctionnent a nouveau, renvoie a Facebook « Egyptologists for Egypt »

Non, le tombeau de Maya, l’une des merveilles de la nécropole de Saqqara n’a pas été

vandalisé.

Oui, à Abusir et à Saqqara des dégâts ont eu lieu, oeuvre, plus de jeunes voleurs à la

recherche d’or, que de marchands avisés.

Ce qui est à craindre ce sont les dégâts qu’ils laissent sur leur passage, ouvrant les

magasins, entendez les lieux ou sont entreposés les objets découverts, et détruisant les

objets qu’ils estiment sans valeur! Les fresques qu’ils essaient d’arracher, et les trous

qu’ils se mettent à creuser, endommageant à coups de pioches, le sous-sol.

 » Organisés, comme nous le sommes, nous arrivons très vite à localiser les objets

volés, quant ils sont proposés à la vente, ce qui est terrible ce sont les dégâts sur les

sites, car totalement irréversibles » ajoute le professeur, Susanne Bickel.

Dans cette région ,les gardiens ont disparu et il est difficile aux chercheurs,

accompagnés, des inspecteurs des Antiquités égyptiennes, de protéger les lieux .

Dans le climat actuel de nombreux chercheurs souvent très isolés ont choisi de rentrer.

« Aucune nouvelle ne filtre de la moyenne Égypte, de la région d’Assiout, et là nous

sommes très inquiets ».

Genève , Bâle rapatrient leurs chercheurs et du côte français il semble que ce soit

pareil.

Dans deux ans le Congrès international des égyptologues doit se tenir au Caire, mais

bien avant , tous auront rejoint leur lieu de travail.

Publicités

Responses

  1. avez-vous des notes du cours de miller du 9 fevrier .COrdialement


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :