Publié par : marlène Belilos | juin 21, 2011

La femme de Van Dongen

Marie-Claire Van Dongen, la dernière femme du peintre,au Bateau-Lavoir à Monaco

(photo Marlène Belilos )

« Je les peins minces avec de longs cous et de gros bijoux », disait Van Dongen, il

ajoutait que c’était ce qu’elles voulaient, les femmes. Mais à amincir les corps et à

surdimensionner les bijoux, Van Dongen avait saisi de la femme plus que cela, sa

mascarade.

Ses portraits de femme, aux yeux agrandis, trop fardés, ourlés de noir, des touches

vertes figurant les ombres, une peau rougie par le métier, plus vieux du monde,

inspireront un critique malveillant:

 » Van Dongen avait emprunté la boite de maquillage des prostituées pour en faire sa

palette. »

Remarque pertinente, et les femmes de la bonne société, de ce qu’il a nommé sa

« période cocktail » l’auront bien compris qui toutes voulaient leur portrait par Van

Dongen, d’Anna de Noailles jusqu’à Brigitte Bardot, à la fin de sa vie.

Au début de sa carrière il avait refuse la peinture privilégiant le dessin pour le peuple.

Celui qui se faisait appeler Kees-prononcez Kiss- était arrivé de Hollande, dans une

tradition classique, admirateur de Vermeer , cours l’académie d’art Rotterdam, son père

guide ses premiers pas, son très beau portrait, peint à 20 ans, figure à l’exposition.

Il gardera le style de ce père, à l’ allure de fort des halles-. Ce n’est qu’à la fin de sa vie

à Monaco, avec sa deuxième femme, Marie-Claire, qui avait été son modèle, épousé à

60 ans, qu’il revêtira le complet veston.

Des éditeurs confondirent d’ailleurs son portrait avec celui de Freud.

Provocateur, il l’a toujours été , d’un coup de pinceau, d’un seul, il déstabilise la statue

d’Anatole France, il orne son front d’une tache de blanc, « fromage blanc », tache sur la

France. Mais alors, comment était-il passé du libertaire, de ses débuts non pas aux

« cocktails », que ses femmes Guus et Jasmy, organisaient si bien, mais à accepter le

Voyage d’automne de 1941, invite par Arno Breker, avec Vlaminck et Derain, périple a

la gloire des nazis.

Comment cet homme qui avait partagé son atelier avec Picasso et dont celui-ci disait,

avec admiration, qu’il était le Kropotkine du Bateau-lavoir , Kropotkine, l’ aristocrate

russe devenu anarchiste qui rejoignit Kerenski en 1917.

Comment n’a-t-il pas vu?

Lui qui a vécu à ses débuts , la Bohême , qui a peint « les lutteuses de Tabarin,  » ces

femmes aux corps emmaillotés de rose, – ce tableau peu connu-vient faire écho aux

« demoiselles d’Avignon ». Lui qui a travaillé pour l’Assiette au beurre.

Lui qui aime à se dire  » nègre blanc « .

Est-ce son propre goût de la provocation qui l’a perdu.

Dans son atelier, de Denfert Rochereau, de la rue de Courcelles, qui lui sert tout a la

fois d’appartement et de galerie, il organise des bals masques et reçoit ses hôtes en

Neptune. Ses toiles servent de décor.

Mais l’occupation, les allemands ce n’est plus la fête.

Il va payer son aveuglement. Ses expositions sont boycottées.

Il survivra grâce à des travaux d’illustrateur.

Réfugié à Monaco, il est le peintre du scandale, là ce ne sont pas tant ses opinions

mais ses femmes dévêtues qui le mettent au ban, d’ une société bien-pensante.

Il aura fallu 40 ans pour qu’une exposition soit organisée au bas du rocher princier.

L’exposition du Musée d’art moderne à Paris, comprend des tableaux de cette

exposition, mais aussi venus de collectionneurs hollandais, elle s’arrête pudiquement au

voyage d’automne.

Elle dure jusqu’au 11juillet.

Publicités

Responses

  1. comme toujours, c’est décapant, décoiffant, dessalant, déridant, déstabilisant, déferlant, désenfûmant, bref débondant et décryptant
    faut continuer!
    Bressant

  2. Cher ami, A ma connaissance, Van Dongen n’a eu que deux femmes. Marie-Claire n’est pas sa troisième femme mais sa seconde. C’est une femme de tête, charmante, et extrêmement sarcastique, ce qui rend tout entretien avec elle, un moment délicieux. Toutes mes amitiés, Jean-Pierre de Villers ( deville96@hotmail.com)

    • Je pensais qu’il avait épousé Jasmy Jacob, avant Marie-Claire , mais il semble que ce n’était qu’une liaison ? Je rectifie.
      Tout à fait d’accord sur votre commentaire concernant Marie-Claire que j’ai beaucoup appréciée.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :