Publié par : marlène Belilos | février 1, 2012

Je ne peins pas la vie, je fais de la peinture vivante

Pierre Bonnard à la fondation Beyeler , près de Bâle à Riehen, c’est tout d’abord une mise dans l’espace simplement extraordinaire. Des toiles aux couleurs franches au milieu d’un paysage, que découvrent les baies vitrées , vert et blanc. Ce qui apparaît ce sont les blancs que pose Bonnard, comme « en plus » sur les toiles, ne pas laisser le blanc de la feuille mais faire un aplat. Le contour est dessiné au pinceau, les couleurs s’entremêlent et agissent pas contraste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :