Publié par : marlène Belilos | janvier 12, 2015

11 janvier 2015 :L’homme qui marche

Mettons d’entrée notre réflexion sous la tutelle de Giacometti. L’homme qui marche , une oeuvre de 1956.

Après ces trois jours de sidération devant le poste de télévision, tenue en haleine par des justiciers exposant leurs forfaits en direct à la télévision, la possibilité d’aller manifester a été vécue comme une libération.

Manifiester, je laisse, merci le logiciel,oui c’était ça « manifiester »,  avec qui ? Vraiment ce n’était pas la question , manifester sa présence avant tout, qu’on était là, qu’on pouvait se déplacer, se montrer.

Et les espérances furent satisfaites . Nous avons marché , retrouvé le climat de bienveillance de 1968.

Alors aujourd’hui ? Bien aujourd’hui? Régenter les extrêmistes religieux ? Ce n’est pas mon job.

En revanche , savoir pourquoi ces tensions existent dans la société française et comment les atténuer, ce sera important.

La société métissée que j’apprécie , est traversée de tous ces courants. Oui, la décolonisation a été manquée, oui les espoirs déçus et
les jeunes à la recherche d’objectifs.

C’est tout cela qu’il faudra prendre en compte images

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :