Onfray mouché par Mathilda May

La psychanalyse comme une pratique avant tout

Vous verrez Michel Onfray  qui se fâche, enfin, presque humain allais-je dire, si on ne le lit pas, il ne peut rien répondre à une analysante, juste ne pas se contrôler, laisser son visage se  décomposer…Cela va loin, car il faut lire, c’est ce qu’il fait lui Michel Onfray et qui lui permet d’avoir un avis sur Freud. Alors cette actrice qui prétend ne pas le lire, ça le met hors de lui.. surtout qu’elle le revendique de surcroît. Enfin, il se dévoile..on doit le lire, l’élire…

Comme avec Gérard Garoutste , les personnes qui ont fait une analyse sont les plus aptes à déstabiliser Onfray.La psychanalyse est une pratique, la preuve s’il en fallait une..

Publicités

Responses

  1. A juger sur pièces: dans son commentaire sur l’article de Freud sur la dénégation, Onfray commence par affirmer que pour Freud le ‘Non’ d’un patient veut dire ‘Oui’. Or à aucun endroit de l’article en question n’est posée une question conduisant à répondre par Oui ou par Non. C’est une première falsification. Non content de cette belle ‘révélation’, il raconte ensuite (3 fois dans sa conférence) que pour Freud ‘Oui’ veut dire ‘Non’, comme si c’était équivalent au ‘Non’ qui veut dire ‘Oui’. C’est là la même logique que celle qui dirait que ‘tout carré est un quadrilatère’ est équivalent à ‘tout quadrilatère est un carré’. C’est logiquement faux: comme l’apprend un étudiant de philo de 1ère année, ‘P implique Q’ n’a pas pour équivalent ‘Q implique P’, mais ‘non Q implique non P’ (c’est la ‘contraposée’). Exemple: ‘Si ce n’est pas un quadrilatère, alors ce n’est pas un carré’. En somme: traduction falsifiée pour rendre Freud inacceptable, assortie d’une faute de logique digne d’un cancre en logique (branche de la philo bac + 1). Conclusion: épistémologie nulle, déguisée en débat humaniste, mais en réalité de très bas niveau. Ecoutez ses ‘ressorts du divan’, lisez le texte de Freud, et jugez sur pièces. Apparence de grandes idées, séduisantes même. Mais dans au moins cet extrait d’Onfray l’exposé est faux, sans ambiguïté ni aucune place à l’interprétation idéologique. Je trouve un peu décevants les psychanalystes qui n’ont même pas relevé ça pour répondre à Onfray sur le plan de l’exactitude vérifiable par tous à peu de frais. Il existe un développement plus complet des remarques ci-dessus dans un article un peu confidentiel. Mais reportez-vous simplement au texte de Freud (trouvable sur l’internet: cherchez ‘dénégation Freud’) et à sa critique par Onfray (celle intitulée ‘les ressorts du divan’, CD publié par Fremont et Fr Culture -n’achetez pas, même pour le fun. Ecoutez-le par d’autres moyens). Retoquer Onfray au moyen d’interprétations un tantinet inutiles en l’occurence (motivations cachées, anti sémitisme, papa-maman…) est avantageusement remplacé par la confrontation des deux documents. Onfray a zéro à sa dissert et à son interro de logique.

  2. C’est drôle, cette position de défenseur des femmes, du féminisme… On dirait un programme électoral ! Et ça marche, en tout cas pour l’audimat. J’admire la réserve de Mathilda May, qu’il réussit à faire taire. Pour son bien, probablement !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :